La Diaspora Africaine et les Défis du Retour au pays

La diaspora africaine revient de plus en plus vers sa terre natale.

Cependant, revenir au pays n’est pas  chose aisée surtout lorsqu’on a longtemps vécu à l’étranger.

Apres avoir vécu de longues années en Asie et en Europe,

échanger avec des centaines d’africains de divers rangs sociaux sur le retour au pays,

J’ai fait mon analyse et j’ai réalisé que de nombreux africains qui ont comme moi fais le pas, ont été  confrontés à plusieurs défis en rentrant au pays.

Ce qui m’a interpella lors de mes échanges avec ces frères et sœurs rentrés au pays,

c’était la similitude de nos défis peu importe notre pays d’origine

j’ai donc décidé d’écrire sur le sujet. Dans cet article,

je partage trois défis majeurs de la diaspora africaine au pays. C’est parti allons-y

Appliquer l’expérience personnelle et professionnelle acquise à l’étranger

jeunes diplomesApres avoir étudié et travaillé pendant plusieurs années à l’étranger

le plus souvent dans des pays plus développés que les nôtres,

Les membres de la diaspora africaine qui aspirent

à rentrer chez eux ont pour ultime désir de trouver l’opportunité de pouvoir

appliquer les connaissances et l’expérience acquises pendant leur séjour hors du pays.

C’est frustrant de rentrer au pays avec son diplôme en poche, ou encore plusieurs années d’expérience professionnelle  à son actif sans trouver un job ou mettre en exergue son expertise.

Par conséquent, la diaspora africaine rêve de plus d’opportunités

et de perspectives dans leur pays d’origine, ce qui favoriserait un retour au bercail.

Mais alors, que faut-il faire là où l’environnement ne nous sied pas ?

Faudrait-il fuir et rester à l’étranger en disant:

« quand l’environnement socio-économique du pays sera plus prometteur et stable alors je penserais à rentrer au pays ».

Ceux qui pensent ainsi s’exposent à deux scénarios  qui ne joueront pas en leur faveur :

  • Courir le risque de perdre de nombreuses opportunités dues à la vague de diaspora qui amorce le retour au pays. Ne dit-on pas premier arrivé premier servi.
  • Etre Submerger par le système du pays d’accueil et tomber dans la procrastination en remettant toujours à demain le retour au pays.

Dans les deux cas cela ne joue pas en notre faveur.

Certains attendent le climat politique et économique idéal pour se décider à rentrer chez eux,

dommage car la situation idéale est un mythe.

Contribuer au Bien-être de sa Famille

bigstock-Extended-Family-Relaxing-On-So-13907567-752x440« Christian, il nous faut un comptable qui pourra veiller à la bonne santé  financière de notre société»

C’est ce que me disais mon associé lors de son premier voyage d’affaires dans mon pays.

Je connaissais plusieurs contact compétents dans Bangui (Capitale centrafricaine),

cependant mon choix se porta sur un cousin qui revenait fraîchement du Bénin.

Il était licencié en comptabilité, honnête et rempli d’ambition.

En l’embauchant, on lui donnerait non seulement l’opportunité de se construire un bon avenir

Mais éventuellement celle de porter main forte à la famille en cas de besoin et cela bien sûr dans la mesure du possible.

C’était pour moi, un moyen de rendre à la famille qui m’a tant donné,

car en Afrique L’éducation sociale d’un enfant est communautaire.

On est très loin du modèle occidental qui se limite à la famille nucléaire, entre autres papa, maman et les enfants.

En Afrique, parents, grands-parents, voisins, habitants du quartier, oncles et tantes,

instituteurs et autres, tout le monde s’implique dans l’éducation de l’enfant.

Quand l’Africain(e) parle de sa famille, il ou elle fait souvent allusion à la famille élargie,

et non pas seulement aux parents biologiques.

Les membres de la diaspora africaine aspirent à aider leur famille

afin qu’elle puisse jouir de meilleures conditions de vie.

Car tous ont contribués à notre éducation, nous voulons rendre à ceux qui nous ont  tant donné, pour nous africains cela est un devoir.

Cependant, il ne faut pas embaucher car c’est la famille mais plutôt opter pour des membres de famille compétents et honnêtes.

Souvent les parents peuvent s’avérer être un frein au développement de celui ou celle qui revient au pays.

Voulant bien faire et aider la famille en embauchant des membres de famille.

on finit souvent plongé dans des problèmes liés à cause des parents qu’on a voulu aider.

De nombreux témoignages pullulent au sujet de membres de la diaspora victime d’escroquerie de la part de parents proches.

Cela voudrait-il dire qu’il ne faut pas travailler avec les parents?

Pour ma part, je répondrais non.

Travailler avec la famille est une bonne chose à la seule condition

de choisir avec sagesse les personnes à qui faire confiance.

Contribuer au développement du pays

Dès notre atterrissage sur le tarmac de l’aéroport de notre pays d’accueil,

nous commençons automatiquement à comparer avec ce qui existe chez nous en matière  d’infrastructures.

En se promenant dans les rues, on pense à l’état des routes de notre ville natale

ou encore de notre  quartier de résidence au pays.

Souvent la réalité est frustrante tant le fossé est large et profond entre

ce qui se  fait chez eux et ce qui se fait chez nous.

Très souvent, des questions nous traversent l’esprit « Quand est-ce qu’on aura de telles choses chez nous »

téléchargement (1)Les jeunes africain (e)s issus de la diaspora désirent tous

voir leur pays ressembler aux pays  développés

en matière de développement humain, économique et social.

La diaspora africaine rêve d’un système de sante optimal,

des infrastructures correctes, un système politique moins corrompu,

et plus d’opportunités et de perspectives pour la jeunesse.

Certains vont même jusqu’à rentrer au pays pour mettre leurs compétences

et leur expérience aux services de leur  nation d’origine.

Pour ceux et celles qui veulent aider au développement du pays à travers leurs différents projets,

il est très fréquent de rencontrer comme obstacle une mentalité figée et hostile  de la part des compatriotes.

Dans la plupart des cas, il faut savoir que cela n’a rien de personnel

car l’Homme en général n’aime pas  les changements.

Par conséquent, il est conditionné à combattre toutes personnes

qui voudrait transformer son environnement et cela même si c’est dans son intérêt.

Il faut une certaine dose de maturité et d’expérience de vie

pour accepter le changement venant de la main d’autrui.

Cette opposition se manifeste dans toutes les couches de la société,

que ce soit dans une entreprise privée pour laquelle vous bosser,

le département d’une quelconque agence publique que vous voulez reformer,

et même au sein de votre propre famille.

Les invectives les plus courantes sont, « elle est arrivée quand celle-là? qu’est-ce qu’elle veut  montrer ? »

ou encore « Ici, on ne fait pas les choses comme ça » « ce n’est pas l’Europe ici »

Quelle solution à ce problème ? Il faut tout simplement accepter cela

car si vous ne voulez pas être victimes de cette inéluctable opposition,

alors ne changez rien du tout.

Conformez vous à la médiocrité, la bassesse d’esprit

et à la corruption contagieuse et vous serez très probablement accepter dans le club.

Rappelez-vous l’Homme n’aime pas le changement, montres moi un personne qui apporte du changement et je te montrerais une personne combattue.

Conclusion

Les défis de la diaspora africaine sont bien réels lorsqu’il s’agit de rentrer s’installer dans son pays d’origine.

Le manque de nombreux besoins élémentaires et basiques au développement humain

ne facilite pas le retour des enfants du pays vers leur terre natale.

Peu d’hôpitaux et de chirurgiens qualifiés, récurrence des délestages d’électricité

et coupures d’eau, qui peuvent s’étendre parfois sur des semaines voir même des mois.

Par exemple, à l’heure où j’écris ces lignes la société nationale d’eau de mon pays

n’envois plus d’eau dans mon quartier depuis plus de 6 mois.

A tout cela, vient s’ajouter la mentalité de mendiant et d’assistanat

de membres de famille et autres compatriotes sur place qui tendent à vous pourrir la vie.

Que faire alors ? Rester là à se plaindre de tous les maux qui gangrènent notre pays,

et s’en servir d’excuses pour ne pas rentrer chez soi le moment venu.

Ou décider de faire avec, de rentrer peu importe les défis auxquels

nous devons faire face, et décider qu’on est jamais mieux que chez soi.

Prendre l’engagement de réussir et prospérer, et ce peu importe

les difficultés car il en va de notre épanouissement personnel.

Il y a quelques années de cela j’étais confronté à faire un choix,

j’ai choisi la seconde option et aujourd’hui je ne le regrette pas.

Je souhaite à quiconque de faire le bon choix, non pas pour autrui ou son pays,

mais pour soi-même car notre bien être en dépend fondamentalement.

Si le sujet t’a intéressé et que tu vois d’autres défis qui méritent d’être mentionné,

alors n’hésite pas à les partager en commentant cet article.

Merci pour ta contribution !

4 commentaires sur “La Diaspora Africaine et les Défis du Retour au pays

  1. L’un des moyens pour contourner les obstacles qu’on rencontre lorsqu’on désire mettre ce qu’on a acquis comme expériences au service de son pays, contribuer à son developpement ou veiller au bien être de sa famille, c’est d’être sage dans la mise en oeuvre de nos ambitions et dans les actes que nous allons poser.

  2. Article intéressant et pertinent. Il fait part de certains aspects concrets d’un projet de retour au pays.
    Retourner au pays après des années vécues à l’exterieur est un véritable défi. Je suis en train d’en faire face. Il faut cependant oser ce retour en ayant les idées claires à travers un projet et être surtout persévérant dans l’effort. «C’est le terrain qui commande» a l’habitude de le dire un aîné.
    Il y a la peur de l’échec mais l’homme se construit à partir des ratés de la vie.
    Le premier projet de retour ne pourrait pas être le bon, mais avec le temps et l’expérience on parvient toujours à se focaliser sur quelque chose qui nous permet de nous épanouir et mettre en œuvre notre idée. Travaillons la méninge et confrontons-nous à la réalité en laissons de côté toute idée préconçue.
    Osons le retour!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.